Les derniers enfants du Causse

IMAGISTA a produit le court-métrage chorégraphique « Les derniers Enfants du Causse » (The Last Children en Anglais), écrit et réalisé par Fu Le, chorégraphe, réalisateur et plasticien lauréat 2018 du prix Beaumarchais-SACD pour l’écriture en danse et multi-primé pour ces travaux chorégraphiques et projets de vidéo-danse.

  • Projet : Court-métrage chorégraphique
  • Une Co-production : IMAGISTA / Compagnie TETRAPODE / Les Films du Tex-Mex 
  • Année : 2020
  • Durée : 12 min
  • Diffusion : Festivals
  • Tournage : Saint Martin Labouval – Lot
  • Réalisation & chorégraphie : Fu Le
  • Aide chorégraphe : Lola Lefevre
  • Directeur de la photographie  : Alexander Viollet
  • 1er assistant Caméra : Camile Tostivint
  • 2nd assistant Caméra : Florent Planet
  • Lumière : Florent Meyssonier
  • Régie : Eva Genniaux
  • Catering : Sophie Morel
  • Comédiens : Michel Galaret et les élèves de l’école de Saint-Martin-Labouval
  • Musique originale : Julien Langlois / Alexander Viollet
  • Post-production  : Imagista

Avec le soutien de : Ateliers Médicis / La Région Occitanie, en partenariat avec le CNC / La Spedidam

 

Les derniers enfants du Causse est une ode aux écoles rurales de France menacées de fermeture ou de fusion avec d’autres établissements scolaires. Avec délicatesse et tendresse, ce récit chorégraphié, basé sur un scénario écrit lors d’un atelier chorégraphique avec des élèves de Saint-Martin-Labouval dans la région du Lot, souligne l’importance des 400 écoles primaires touchées par cette réforme. À la veille de la fermeture de leur établissement, les jeunes interprètent une danse émouvante, librement inspirée du « Chant des pierres » de Michel Galaret (conteur, et ancien élève de cette école dans les années 60).

À travers ce conte métaphorique, le film témoigne de l’importance de valoriser l’ancrage rural pour les générations à venir. Une réponse poétique à un problème sociopolitique criant.

La construction du film chorégraphique s’est faite autour de la notion d’authenticité (culturelle, identitaire, émotionnelle, naturelle, écologique) pour aboutir à un film tourné à la façon d’un plan séquence sur les hauts-plateaux du Lot.

Sélection :